Vilanova i la Geltrú

Tradition marine dans un cadre privilégié

Vilanova i la Geltrú, chef-lieu de la région, fut formée à partir de deux localités historiques : la Geltrú, ville millénaire documentée dès l’an 1000, et la Villa Nueva, village né face à la Geltrú sur des terrains de la commune voisine de Cubelles, qui obtint le titre de propriété du roi Jacques Ier en 1274.

Ressources naturelles

Vilanova i la Geltrú et leur environnement

Culture et patrimoine

Découvrez tout ce que vous pouvez faire à Vilanova i la Geltrú

Fêtes et festivals

Venez vous amuser à Vilanova i la Geltrú

Vilanova i la Geltrú

Tradition marine dans un cadre privilégié

La ville actuelle est le fruit d’un dynamisme culturel et économique important qui commença dans un premier temps par l’agriculture et la pêche et fut suivi du commerce maritime au XVIIIe siècle, puis de l’industrie textile au XIXe-début XXe, lors de l’implantation de l’industrie Pirelli qui dirigea l’esprit industriel de la ville. Un contexte qui n’empêcha toutefois pas la cité de commencer à prendre conscience de ses charmes touristiques. Une balade le long de la mer –de la colline de Sant Gervasi à la chapelle San Cristòfol– montre la relation qui lie Vilanova à la mer. Au bout de la Promenade de Ribes Roges, côté ouest, se trouvent les vestiges les plus anciens de la ville : le village d’Adarró. D’après les archéologues, le village ibère, habité du VIe au Ier siècle av. J.-C., établit un port maritime qui exportait des céramiques vers d’autres endroits de la Méditerranée. Au IIe siècle av. J.-C., une population romaine s’y serait installée. Aujourd’hui, les murs de pierre que l’on peut apprécier laissent imaginer comment les logements étaient distribués jadis.

Viennent ensuite la promenade et le quartier résidentiel de Ribes Roges, notamment composé d’une série de maisons de villégiature modernistes du début du XXe siècle. La tour de Ribes Roges, la seule survivante des trois qui composaient la dernière enceinte fortifiée de la marine de Vilanova, de 1850, est aujourd’hui un espace singulier où l’artiste contemporain Josep Guinovart a réinterprété le monde marin.

Ici commence la Promenade du Carmen, un des endroits consacré aux loisirs de la ville, avec ses terrasses, bars, restaurants, le parc de Ribes Roges et le port de plaisance. Si vous continuez le long de la promenade, au carrefour avec la Rambla, vous apercevrez le monument érigé en hommage à Francesc Macià (président de la Generalitat de Catalunya et fils de Vilanova), de l’artiste Josep Maria Subirachs. À partir de là commence le secteur le plus marin de la ville, avec la Casa del Mar (ornée de grandes baies vitrées en arc, sur la façade) et La Fassina (maison de pêcheurs typique, facile à reconnaître en raison du porche soutenu par d’énormes poutres). Au bout de la Promenade maritime se trouve le port de pêche, un des plus importants de Catalogne en termes de flotte et de prises. Il est intéressant d’observer l’arrivée des barques au port, à 8 heures et à 15 heures.

Au pied de la montée de San Cristóbal se trouve le phare. Aujourd’hui, outre sa fonction de repère, il héberge le Musée de la Mer. Si vous montez la colline, vous pourrez apprécier le charme des maisons de maîtres et la chapelle de San Cristóbal (XIIIe), simple et austère, près de laquelle vécut et mourut l’écrivain et philosophe noucentiste Eugeni d’Ors.

Retournez au monument de Macià et continuez vers le haut de la Rambla, l’artère principale de la ville, de plus d’un kilomètre de long, notamment caractérisée par les maisons de maîtres de style moderniste comme Can Pahissa (près de la voie ferrée). Au carrefour avec l’avenue Jaume Balmes, la Rambla commence le tronçon piétonnier où l’on peut remarquer la splendeur du XIXe siècle sur les façades des maisons de maîtres, comme Casa Magriñà (également connue sous le nom de Casa Renard). À hauteur de l’avenue Francesc Macià, n’hésitez pas à vous rendre un moment sur la gauche de la Rambla pour visiter le Marché central, de plus de 50 ans.

Juste de l’autre côté de la Rambla se trouve la Place de la Ville, dont la sculpture évoque le passé indiano de la ville. Il s’agit d’un monument érigé en hommage à José Tomás Ventosa y Soler (1797-1874), un habitant de Vilanova qui racheta les terrains et les bâtiments du couvent des Capucins –en vente conformément à l’application des lois de désamortissement de 1845– et permit la prolongation de la Rambla, des rues des Capucins et de San Sebastián, et l’ouverture de la rue Francesc Macià et de la Place de la mairie, qui héberge les bâtiments de l’Hôtel-de-ville et Casa Olivella, dans un coin de la place.

Si vous continuez vers le haut de la Rambla, vous arriverez à la Place des Neiges (Nieves), où se trouve l’église vouée aux patrons de Vilanova : San Antonio Abad et Notre-Dame des Neiges. Sur la façade, remarquez la rosace en vitrail de l’artiste Enric Cristòfol Ricart. Longez l’église jusque la façade de l’église de San Antonio (1699). Le clocher est une œuvre en pierre impressionnante de 52 mètres de haut construite en 1736 qui a la particularité d’être séparé de l’église et de présenter une légère inclinaison.

Retournez à la Place des Neiges pour reprendre la rue San Gregorio jusque la Place des Coles, où converge la rue des Capucins, axe vital du commerce du centre-ville. Sur cette place, vous remarquerez notamment Casa Cabanyes et le bâtiment qui héberge Fomento Vilanoví, bastion de la culture locale. La rue du Commerce vous mènera à la Place Pau Casals, qui hébergeait jadis l’hôtel-de-ville, et d’où on commence à apercevoir, sur la Place de la Diputació voisine, la bâtisse de Can Papiol, le Musée romantique actuel, à ne pas manquer si vous voulez bien comprendre et revivre l’esprit romantique de la Vilanova du XVIIIe siècle.

Depuis la Place Pau Casals, vous apprécierez également, au bout de la rue de l’Église, le portail de l’Enfant Jésus, le seul vestige de la muraille médiévale, qui date de 1371. De là, en deux minutes –via la rue du Palmeral, la place del Pozo et la rue de l’Union, qui recouvre le torrent de La Pastera, espace naturel situé entre la nouvelle ville de Cubelles et la Geltrú–, vous arriverez au cœur de la ville médiévale. Aventurez-vous dans les rues et les petites places qui sillonnent le château millénaire –siège actuel des Archives régionales– et visitez l’église de Santa María de la Geltrú, du XVIIe siècle (bien que citée dès 1260), qui héberge un magnifique retable baroque sur l’autel principal. N’hésitez pas à vous balader dans les rues étroites et envoûtantes de la Geltrú, à vous assoir un moment sur les places –notamment celle des Lledoners– et à profiter de leur tranquillité. Descendez maintenant la Pujada del Cinto pour reprendre la rue de l’Union. Une centaine de mètres plus bas, vous trouverez l’ancienne usine à papier, La Papelera, qui, transformée en Centre de formation professionnelle, illustre l’importance de l’héritage industriel de Vilanova.

Continuez de descendre la rue de l’Union et, après avoir traversé la Rambla de José Tomás y Ventosa, vous verrez les jardins et le bâtiment imposant de la Bibliothèque-Musée Victor Balaguer, construite en 1884 par cet homme remarquable, écrivain, député à la Cour et ministre d’Outre-Mer afin d’héberger ses collections d’œuvres d’art, actuellement conservées au sein d’un fonds de haut niveau dont la visite est incontournable. À quelques pas de là, vous trouverez la Place Eduard Maristany, devant la gare, construite la même année que la Bibliothèque-Musée. L’histoire de Vilanova est étroitement liée au train, car c’est grâce à lui que la ville a connu un grand essor économique. À tel point que les anciens ateliers de la gare permettent de voyager à travers le Musée du Chemin de fer, qui héberge l’une des principales collections de locomotives du monde. En dehors de l’itinéraire urbain, allez visiter la Ferme d’en Cabanyes, une maison et un site qui conservent encore l’esprit romantique qui a accompagné la vie et la mort du poète Manuel de Cabanyes et du peintre Alexandre de Cabanyes. Ce n’est pas pour rien qu’elle héberge aujourd’hui le Centre d’interprétation du Romanticisme ! Un endroit idéal pour se promener, savourer la vue sur Vilanova et s’assoir à l’ombre de Gros pin centenaire, classé Arbre monumental.