Sitges

Anytime

Sitges, ancien village de pêcheurs situé au pied du massif du Garraf dont les origines mythiques remontent à la « Blanca Subur » –ville ibère décrite par les navigateurs grecs il y a 3 000 ans–, est aujourd’hui une destination de choix sur l’échiquier du tourisme international et un centre de congrès, conventions et événements culturels privilégié.

Ressources naturelles

Sitges et leur environnement

Culture et patrimoine

Découvrez tout ce que vous pouvez faire à Sitges

Fêtes et festivals

Venez vous amuser à Sitges

Sitges

Anytime

Le prestige cosmopolite de Sitges a surgi il y a plus d’un siècle lorsque Santiago Rusiñol s’installa et transforma la ville en un des points de rencontre des artistes et intellectuels qui adhéraient au mouvement moderniste. Depuis lors, Sitges a toujours été liée à l’art et au tourisme. Une simple balade dans la ville suffit pour comprendre pourquoi : Sitges dégage une lumière spéciale, enivrante.
Dans les rues du premier tronçon de la route (de la Place de la Gare vers la Place du Cap de la Vila), vous pourrez percevoir une bonne partie de l’héritage des « Americanos », qui contribuèrent au développement urbanistique de Sitges pendant un siècle et demi et qui, au nom de la modernité, favorisèrent la démolition des anciens remparts, l’arrivée du chemin de fer et la construction de nouvelles maisons conformément aux différents styles architecturaux de l’époque : moderniste, néoclassique, éclectique et noucentiste.
L’avenue Artur Carbonell et les rues Francesc Gumà, San Isidro et Isla de Cuba hébergent plusieurs maisons d’ « Americanos ». Au nº 37 de cette dernière, par exemple, se trouvent la Villa Avelina, un bâtiment moderniste construit par l’architecte Gaietà Buïgas –auteur du monument érigé en l’honneur de Christophe Colomb à Barcelone– et la Casa Manuel Planas Carbonell , au nº 21. Prêtez une attention particulière aux fers forgés, aux céramiques et à la menuiserie, car ce sont ces matériaux architecturaux qui ont marqué et différencié le mouvement moderniste et élevé les anciens métiers de forgeron, ébéniste et céramiste à la catégorie de professions artistiques.
Les « Americanos » furent également les premiers promoteurs des activités de loisirs proposées par des institutions comme le Casino Prado Suburense, dans la rue Francesc Gumà, qui accueillit plus tard les fêtes modernistes organisées par Rusiñol entre les années 1892 et 1899.
Sur la Place Cap de la Vila, en forme de proue, s’érige la Casa Bartomeu Carbonell (la Maison de l’Horloge). Si vous continuez votre balade par la Grand-Rue (Carrer Major), vous arriverez sur la Place de la Mairie (Ayuntamiento), où se trouve l’ancien Marché (aujourd’hui devenu un centre d’expositions), un exemple intéressant de l’architecture moderniste conçue à des fins d’utilité publique. À côté, vous apercevrez l’hôtel-de-ville, de style gothique civil, construit en 1889 sur les fondations et les murs porteurs du château médiéval.
À deux pas, surplombant La Punta, s’érige une des églises les plus photographiées de Catalogne : l’église de San Bartolomé et Santa Tecla, construite en 1670.
Sur la Place du Baluarte, ne manquez pas de faire une pause et de savourer la brise de la Méditerranée et la sérénité de la vue panoramique que vous offre la mer et la promenade, qui s’étend vers l’ouest sur deux kilomètres de plages. Si vous marchez vers l’est, vous apprécierez une perspective unique du Rincón de la Calma, du Cau Ferrat et de l’ensemble de Maricel, avec le pont qui relie les deux bâtiments, le Maricel de mer et le Maricel de terre.
En 1892 et 1893, Rusiñol acheta deux maisons de pêcheurs du XIVe siècle construites en bord de mer qu’il démolit pour ériger le Cau Ferrat, sa maison-atelier. Cau Ferrat et Sitges virent défiler les plus grands artistes du XIXe siècle. Deux ans après la mort de Rusiñol, en 1933, l’endroit devint le Musée Cau Ferrat.
Face au Cau Ferrat apparaît l’ensemble de Maricel, construit sur l’ancien hôpital de San Juan (XIVe siècle). Séduit par l’ambiance bohème du Sitges de l’époque, le financier américain Charles Deering, ami de Ramon Casas, le racheta conjointement avec deux maisons de pêcheurs afin de construire un palais qui devint une résidence-musée. Il confia les travaux et les aspects architecturaux à l’éclectique Miquel Utrillo, qui profita d’une partie de la construction médiévale. À l’heure actuelle, les salons du palais Maricel et les terrasses décorées de céramique populaire sont utilisés pour organiser des réceptions, congrès et visites guidées en été. La partie qui se trouve côté mer héberge le Musée Maricel.
Vers l’est, au bout de la rue Fonollar, s’ouvre le bastion Vidal y Quadras, qui offre une vue fantastique sur la plage de San Sebastián et vous invite à faire une petite balade le long de la mer jusqu’à l’ancien cimetière, qui héberge un ensemble de sculptures modernistes de Reynés et Josep Llimona, entre autres.
Retournez à la Place du Baluarte et descendez la promenade de la Ribera, où vous pourrez admirer les bâtiments des numéros 17, 18, 20, 22 et 29, à savoir les maisons Antoni Serra Ferrer, Francesc Robert Yarzábal, Simón Llauradó, Marina Planas Isabel Ferret Martorell, respectivement, et le monument construit en hommage au Greco, témoin de l’admiration de Rusiñol envers le personnage et l’œuvre du grand artiste et de sa capacité de mobiliser tout un village en faveur de la construction de ce monument. N’hésitez pas à poursuivre votre chemin sur la Promenade maritime et à apprécier les villas du quartier résidentiel du Terramar, la première cité-jardin de Catalogne (1918-1933), où se trouvent également les jardins du même nom. Au début du XXe siècle, Sitges devint l’un des principaux pôles de l’architecture noucentiste et l’un des premiers centres de villégiature de la bourgeoisie catalane.
Continuez jusqu’au sanctuaire de la Vierge du Vinyet, un des symboles les plus traditionnels de l’identité de Sitges. Le culte à la Vierge est documenté depuis le XIVe siècle. Le bâtiment actuel fut construit entre 1727 et 1733. Si vous revenez à Sitges en passant par cette même Promenade de la Ribera, faites un écart à hauteur de la rue Bonaire pour vous rendre au Musée Romantique Can Llopis. Dans cette formidable maison construite extramuros en 1793, vous pourrez apprécier toute la splendeur d’une époque où le commerce avec l’Amérique était le moteur économique de Sitges et de la région. Ne manquez pas non plus la visite d’autres sites comme le bâtiment de l’Hôpital de San Juan Bautista, construit entre 1910 et 1912 ; une œuvre intéressante de l’architecte Josep Font i Gumà entourée d’un grand jardin. L’hôpital –aujourd’hui transformé en résidence– héberge plusieurs éléments dignes d’intérêt qui valent le détour : la chapelle, contenant un retable du XVIe siècle peint par Jaume Forner ; les vignes de muscat voisines et, surtout, la cave où est élaborée la fameuse malvoisie de Sitges et le muscat. Une fois en dehors du centre-ville, à 10 minutes de voiture sur la nationale C-31 ou à quelques minutes de train, se trouve le petit village de Garraf, caractérisé par la file de petits cabanons sur la plage et la cave de Garraf, œuvre de Gaudi et de son disciple Francisco Berenguer ; un magnifique exemple d’architecture moderniste qui héberge actuellement un restaurant.